Atelier enfants - terre

8/12/2015

«… J’ai dessiné la terre à la recherche d’un visage oublié / j’ai dessiné la flamme idéogramme et  ligne / L’arbre comme un ange tombé / le paysage en vision, le rocher comme une ombre blanche » extrait : lieu dit :Manosque. (1986). S.Bauruel

TERRE

Urgence et éveil

TERRE : Ce sur quoi et en quoi l’homme fonde son séjour.

HABITER la terre, c’est le sein dans lequel l’épanouissement reprend, en tant que tel tout ce qui s’épanouit, la terre est présentée en tant que tout ce qui HEBERGEM.Heidegger.

Atelier enfants1

Suzanne Bauruel - Nom enfants

Atelier enfants-Dessins

Rester attentif à la merveille de la rencontre, à  l’amour, la reconnaissance éperdue du geste qui sauve et apaise, l’acceptation de la différence, la résistance contre tout ce qui attaque l’humanisme, dénature et limite la vie humaine.

Une volonté d’ouverture dans un espace mondialisé, une pensée de l’accueil fondée sur un héritage culturel qui s’ouvre aux autres cultures.

HABITER : ACCUEIL

Atelier enfants-Dessin ville

 BATIR est, dans son être, faire habiter, réaliser l’être du bâtir, c’est édifier des lieux par l’assemblement de leurs espaces, c’est seulement quand nous pouvons habiter que nous pouvons bâtir. M.Heidegger

Atelier enfants-Ville

 LA MAISON «  La rêverie du refuge. « Toute expérience s’oriente vers l’enfance, la maison, la terre originelle, les paysages, vers les mystères des racines et le dialogue avec les morts ». Christina Ocampo

« Les ammonites faisaient leur demeure sur l’axe d’une spirale logarithmique. C’est la formation et non pas la forme qui reste mystérieuse. Mais sur le plan de la forme à prendre, quelle décision de vie dans le choix initial, qui est de savoir si la coquille sera enroulé à gauche ou à droite, que n’a t’on pas dit sur le tourbillon initial…en fait la vie commence moins en s’élançant qu’en tournant . Un élan vital qui tourne, quelle fine image de la vie; La devise du mollusque serait alors : il faut vivre pour bâtir sa maison et non bâtir sa maison pour y vivre, voilà la leçon que l’escargot prétend donner à l’homme »  Gaston Bachelard (La poétique de l’espace).

5-5

HABITER : implique une relation entre le dedans et le dehors dans un même espace de jeu : espace d’un monde, espace de présence, de sens et de liberté.

C’est sur les maisons que se sont cristallisés les progrès successifs de la  civilisation, symbole de l’homme qui a durablement trouvé sa place au sein du cosmos.

« La maison – nid est le lieu naturel de la fonction d’habiter. On y revient, on rêve d’y revenir comme l’oiseau revient au nid. Ce signe du retour marque d’infinies rêveries, car les retours humains se font sur les grands rythmes de la vie humaine, rythme qui franchit les années, qui lutte par le rêve contre toutes les absences ». Gaston Bachelard ( La poétique de l’espace).

S3

2-5

S1

 « Les mots - je l’imagine souvent – sont de petites maisons, avec cave et grenier ». Gaston Bachelard

TEMPS RETROUVE

«Nous sommes à l’âge nouveau de la curiosité, ce qui existe, la promptitude à trouver étrange ce qui nous entoure. L’idée que ça pourrait être autrement, une fabrique de jeu d’essai, de tentatives, de contraintes techniques et de vies impensées, se gouverner soi-même, se mettre en danger, jouer avec les correspondances et les parallèles, multipliant les niveaux d’excellence, aller jusqu’au bout ». Michel Foucauld

Suzanne Bauruel-cailloux livre d'heures

LE SEUIL : « si nous pouvions  revivre l’imagination première. Nous remettrions en action ce complexe de peur et de curiosité qui accompagne toute première action sur le monde. On voudrait  voir et l’on a peur de voir. C’est là le seuil sensible de toute connaissance. Sur ce seuil,  l’intérêt module, il se trouble, il revient  ». Gaston Bachelard

L’art est l’avènement poétique du réel. Il dépend d’une faculté à perfectionner l’attention créatrice il délie la langue de la vie.. Faire parler la vie, pour la fonder et la révéler. Joe Bousquet (Journal dirigé)

Atelier enfants-Dessins mur

« L’attention imaginante prépare nos sens à l’instantanéité».  Gaston Bachelard

Privilégier le processus en transformant le visible en lisible, passer de la cicatrice à l’alliance entre le naturel et l’artificiel. Une expérience du sensible qui s’appuie sur un ensemble de techniques dans une tentative d’épuisement du geste artistique. Une façon de résister par le geste de la main, aux nouvelles technologies et leurs extraordinaires potentialités.

Nos perceptions sont accrues par la machine, et les qualités tactiles et sensorielles de notre corps se trouvent modifiées par cette nouvelle perception d’ordre technologique qui rappelle la caresse oculaire des reliques avec la possibilité d’agrandir le détail, multiplier les angles des photos les travailler dans l’instant, revenir à l’image à tout instant au gré de notre fantaisie et de nos humeurs, toutes ces données nous ouvrent une infinité de possibilités pour la recherche, suivre une pensée.  Une fluidité qui  ouvre la voie vers de nouvelles formes, de nouvelles subjectivités et l’aboutissement plus rapide d’un processus.

Internet a fait éclater les frontières de l’ici et maintenant, de l’hier et de l’aujourd’hui, la subjectivité n’est plus déterminée par  le corps et les lieux, plus de présence ni de traces matérielles. Cette déréalisation du monde  nous interroge sur le sens et le pourquoi créer. Voir la différence discordante, entre le temps de réalisation d’une œuvre faite à la main  avec ses échecs et ses réussites….

 

-       Article (médiapart) de Gorge Didi Huberman.(27 mai 2013 ) « Athènes aperçue : de la culture et de la barbarie »

-       A voir le film du réalisateur : Filippos Koutsaftis . «  La Pierre triste 

-       Chemins qui ne mènent nulle part :  1 Martin Heidegger .

-       La poétique de l’espace ( PUF) Gacton Bachelard 

-       Les impardonnables ; Cristina Campo . ed. L’arpenteur

-       Journal dirigé : Joë Bousquet 

-       A voir : Exposition Anselm Kiefer «  L’alchimie du livre « . Bnf

-       Photos, atelier arts plastiques

        Nanterre / saison jeune public :

        - 2000 : Les demeures, hommage à Etienne Martin (sculpteur)

        - 2008 : Faire parler les pierres.

        Nanterre / Service culturel / Cie Tralala Splatch, théâtre sauvage :

        - 1999 : Création de totems, spectacle de rue / Quartier du chemin de l'Ile

        Nanterre / Service culturel

        - 2009 : La ville / Quartier du petit Nanterre